Pourquoi toi ?

Pourquoi toi ?

Depuis que je me suis lancée dans ce projet de développer une activité d’art-thérapeute, cette question revient. Elle me revient comme une vague, me traversant dans un sens puis dans l’autre, dans un mouvement constant à la force fluctuante.

Pourquoi toi ? Pourquoi est-ce que l’on devrait aller te voir toi, et pas un(e) autre?

Elle m’a laissé sans voix, perplexe, déroutée.

« Ben… parce que. »

Elle m’a déconcertée.

Je comprenais la logique de la question mais sans pouvoir lui formuler une réponse percutante. L’accroche, le terme vendeur qui devait faire de moi l’art-thérapeute en vogue ne trouvait visiblement pas le chemin de son expression.

Je n’en savais rien. Aucune répartie. À chaque « plus » venait se greffer un «moins ». Le fameux « oui, mais ». Je suis certaine que vous le connaissez, ce « oui » lapidaire. « Forte d’une formation exigeante –oui mais avec peu d’expérience– couplée à mon expérience en accompagnement à la personne –oui mais avec une autre fonction– j’ai développé des capacités d’accueil, de soutien et blablabla. » En fait je pouvais en trouver des arguments, mettre des paillettes dans vos yeux. Il me suffisait de ne pas mentionner toutes ces petites violences que je me faisais. Mais ça me semblait tellement inconsistant.

 Puis j’ai pensé que la comparaison n’avait pas lieu d’être. L’art-thérapie c’est avant tout une histoire de rencontre, entre un art-thérapeute et une personne en difficulté. Une histoire de compétences certes, mais une histoire de « match » également. La fameuse alliance thérapeutique sans laquelle le travail ne peut se faire. Alors à quoi bon vous dire que j’étais « plus ceci » ou « moins cela », que « telle formation » liée à « telle expérience » faisait de moi la personne idéale pour vous accompagner ? Peut-être que je suis la plus à même de le faire. Ou peut-être pas. J’ai le bagage pour vous proposer un accompagnement de qualité, mais peut-être que celui d’un(e) collègue vous correspond mieux. Sans auto-lapidation aucune.

Maintenant j’oserai presque vous dire que cette réponse, vous n’avez qu’à venir la chercher vous même. Ceux qui m’ont rencontrée le savent. Sans prétention aucune, en toute modestie. Ils ont trouvé leur réponse à cette question. Lorsqu’ils viennent me voir, ils savent pourquoi moi. Ils ne pourront peut-être pas le formuler avec des mots, et ils ne voudront peut-être pas vous l’exprimer. Après tout, ce qui se passe en art-thérapie, c’est de l’ordre de l’intime. Et chaque rencontre est unique. Chacun à sa propre réponse à cette question. Ce qui vous convient, vous êtes le mieux placé pour le savoir. Sur le papier, du type curriculum vitae, il est dit que je suis une personne habilitée à vous accompagner. Mais cette adresse je pourrais vous la destiner uniquement si vous me venez me trouver.

Alors vous me direz peut-être que ma réponse est à côté de la plaque, mais c’est celle avec laquelle je m’accorde. C’est la vague qui me porte, le doux courant qui m’anime avec force.

Laisser un commentaire