Le papillon et le cocoon

Le papillon et le cocoon

L’aide qui affaiblit et l’épreuve qui renforce.

Dans le livre qui m’accompagne ces jours-ci, une fable m’a rappelé un exercice fait en formation. Celui-ci portait sur la distinction entre accompagner et guider. La consigne était d’imaginer un parcours, puis d’accompagner un collègue à le découvrir les yeux fermés. Le but était de sécuriser la personne accompagnée, sans être dans la guidance, afin de lui permettre une exploration la plus libre possible. Être là sans être là, en quelque sorte. Ce travail de posture, bien qu’il puisse paraître simple au premier abord, n’est pas si aisé.

« Une aide mal inspirée peut ainsi se révéler nuisible, voire mortelle. » 

La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite…et autres leçons de vie d’Olivier Clerc

Telle est la conclusion apportée par Olivier Clerc à cette fable qui a résonné en moi. Elle raconte que si la chenille tisse son cocon de manière progressive, le papillon a lui besoin de rassembler toutes ses forces pour s’extirper de cette coquille de soie. Cette épreuve lui permet de constituer sa capacité à vivre en tant que papillon. Ce qui peut nous sembler être une prison, s’avère être sa richesse essentielle. Lui « épargner » cette épreuve reviendrait à le priver de sa vivacité.

Guider ou accompagner ?

Guider, c’est comme donner une formule à appliquer, faire « à la place de ». Sur le moment, cela peut sembler positif. Mais sur le moyen ou long terme, il est rare que cela s’avère constructif. De fait, à la difficulté suivante, la personne n’aura probablement pas les ressources nécessaires pour la dépasser d’elle même. Elle devra de nouveau faire appel à un « faiseur de solutions », entretenant une dépendance grandissante.

« Accompagner quelqu’un c’est, se placer ni devant, ni derrière, ni à sa place. C’est être à côté.« 

Joseph Templier

Accompagner, c’est être en thérapie ce que l’on appelle un tiers. C’est-à-dire une personne extérieure à votre situation, qui se veut neutre. L’art-thérapeute est cette personne qui va ouvrir un espace rien que pour vous, pour vous permettre « mine de rien » de travailler, de (re)trouver un équilibre. Il accepte de ne pas avoir la solution qui vous revient. L’art-thérapeute est là pour vous, avec vous, pendant le temps qui vous est nécessaire. Il vous invite à bricoler, à cultiver votre capacité à « faire avec » ce qui est.

Si vous ne choisissez pas ce qui vous arrive, vous êtes pourtant responsable de la manière dont vous le vivez. Et ce n’est pas un gros mot. Être responsable c’est être en position de décideur. Le choix réside dans votre capacité à rebondir, c’est-à-dire à créer une solution qui vous convienne. Tout comme le papillon qui doit s’extraire de son cocon, ce n’est en aucun cas facile. Mais plus vous travaillerez cette plasticité, et plus vous serez en mesure de « mieux-vivre ». L’art-thérapeute a ce rôle d’empêcheur de tourner en rond. Il invite au pas de côté, ce pas qui permet un autre regard sur la situation, mais aussi de prendre une autre direction.

Accompagner le papillon en vous

Pour soutenir le papillon en vous, l’accompagnement commence par une première rencontre pendant laquelle vous me parlez de ce qui vous amène : un mal-être, du stress, de l’anxiété, de l’agitation, des difficultés à dormir, à faire des choix, à dire non, à lâcher prise, à prendre du temps pour soi… À tout ce qui vous empêche d’être bien.
Ensemble, nous faisons comme un « état des lieux » de votre situation. Vous me dites ce que vous attendez de moi, et je vous parle de ce que je peux faire pour vous. Si nous sommes en accord, lors des séances suivantes je vous invite à imaginer des tableaux éphémères. Aucun savoir-faire n’est nécessaire, je vous rassure. L’art-thérapie est donc accessible à tous.
C’est un processus, c’est-à-dire un fil que l’on déroule, progressivement. Cela demande du temps, et de l’engagement. Il n’y a pas un nombre défini de séances, chacun a besoin d’un temps qui lui est propre pour sortir de son cocon, et je m’adapte au rythme de chacun afin que vous puissiez développer de puissantes et solides ailes.

Laisser un commentaire